Retours et innocences volés

RV2 post blog recadré

 

Celles et ceux qui ont déjà ouvert le livre 2 de Retour volé qui vient d’être publié, y ont découvert une dédicace qui n’était pas dans le livre 1 :

 

Ce livre est dédié à toutes les sportives du monde.
Des plus grandes championnes aux pratiquantes occasionnelles.
Et surtout aux plus résilientes d’entre elles, dont le rêve fut entaché par l’abus, l’exploitation et la maltraitance et qui en sont sorties encore plus fortes.

 

Ce n’est ni un oubli dans le livre 1, ni une lubie soudaine.

Lorsque le témoignage de Sarah Abitbol a été rendu public avec la sortie de son livre Un si long silence en février 2020, je mettais la dernière touche au livre 2 de Retour volé. Le livre 1 était sorti depuis des mois et je n’avais évidemment pas la moindre idée de l’orage qui allait s’abattre sur le patinage artistique. Et le sport.
En tant que journaliste, j’ai suivi toute la carrière internationale de Sarah Abitbol, individuelle d’abord puis en couple avec Stéphane Bernadis. Et jamais je n’ai soupçonné ce qui se passait dans les coulisses. L’écouter dévoiler son calvaire m’a donné envie de pleurer. Les témoignages qui ont suivi, de toutes ses jeunes filles dont ceux qui étaient supposés les aider à réaliser leurs rêves ont abusé de l’innocence, m’ont atterrée.
Des vingt années durant lesquelles j’ai couvert le patinage en tant que journaliste, j’ai entendu des patineuses (et des patineurs) se plaindre de la dureté quasi cruelle de certains entraîneurs. Certains cadres étaient soupçonnés d’être un peu trop proches de leurs athlètes nettement plus jeunes qu’eux…
Cette cascade de révélations, qui ne concernent pas que le patinage -discipline pratiquée par le personnage central d’Arcadia ma première série de fictions jeunesse– m’a révoltée, dégoûtée, atterrée.

Retour volé ne traite pas d’abus sexuel. Mais certaines des héroïnes de cette duologie destinée aux ados et jeunes adultes sont bel et bien victimes d’abus et de maltraitance. Et plus particulièrement celle qui s’exerce sur des joueuses par leur père, souvent auto-proclamé leur entraîneur. Il est ici également question de l’exploitation de jeunes filles par des hommes. Beaucoup moins jeunes. Un thème malheureusement récurrent dans le sport féminin. Et qui rejoint tristement le vol d’innocence commis par des hommes dénués de scrupules aux dépens de jeunes athlètes.

Retour volé, dont j’ai imaginé l’intrigue durant les années où je couvrais le tennis, pointe la plume sur les ambitions dévorantes de quelques pères qui s’exercent aux dépens de leurs filles, jeunes joueuses de tennis.

Sa sortie tombe à point nommée et je serai comblée si cette fiction peut apporter un souffle de réconfort, d’inspiration et de résilience à toutes les femmes -sportives ou non- qui ont subi des abus, de quelque nature que ce soit.

Ensemble nous sommes plus fortes.
Et les hommes qui le souhaitent sont les bienvenus pour nous apporter leur soutien !

0
0

Retour volé: l’histoire derrière l’histoire

 

bannière-2

 

Depuis quelques semaines, un nouvel onglet a fait son apparition dans la rubrique livres du site : retour volé.
Si vous me suivez sur les réseaux, vous êtes probablement déjà au courant : c’est le titre de ma nouvelle duologie, dont le premier tome vient de sortir. Les formats kindle et broché sont disponibles sur tous les sites amazon, dont amazon.fr, amazon.ca et amazon.com.

 

couv-retour-vole-HD

L’idée de Retour volé m’est venue à la fin des années 2000, alors que j’étais journaliste dans le sport et plus particulièrement dans le tennis, que j’ai couvert du début des années 90 jusqu’en 2013.

J’ai tracé les premières lignes de l’histoire de Camille et de Bella entre deux reportages en tournoi. Mais ce n’est qu’après avoir publié les quatre tomes de ma saga Arcadia entre 2015 et 2017, que j’ai ressorti cette ébauche de mes tiroirs.

Après m’être glissée dans la peau d’une préadolescente qui découvrait la compétition, j’ai eu envie de me pencher sur le parcours de joueuses adolescentes qui frappaient à la porte du circuit professionnel comme du monde des adultes. J’en ai croisé quelques-unes durant mes années de reportage, même si j’interviewais plus souvent celles qui avaient déjà réussi chez les pros. Ainsi que Camille, mon héroïne, y aspire.

 

Au fil de mes reportages, j’ai ainsi eu l’opportunité d’observer et de rencontrer des championnes incroyables. J’ai été frappée par leur volonté de donner le meilleur d’elle-même pour réussir, leur courage dans l’adversité, leur capacité à se remettre de blessures ou d’obstacles importants qui ont menacé leur carrière. Elles constituent selon moi des modèles de choix pour aider les jeunes filles à se construire.

J’ai également été interpellée depuis les tous premiers événements que j’ai couverts au début des années 90, par le nombre de pères de joueuses de talent qui s’étaient improvisés entraîneurs de leurs filles. Certaines d’entre elles sont devenues des championnes. D’autres ont calé en route.

20190910_164707Certains pères ont contribué plus ou moins largement aux succès de leurs filles. D’autres portent une lourde responsabilité dans des carrières avortées et des souffrances énormes pour l’athlète comme la jeune fille. Il existe une telle multitude d’histoires plus ou moins tragiques que le sujet me semblait incontournable.

Dans Retour volé, le père de Camille Lebihan, l’héroïne est un personnage central. Mais celui de Belinda Briscoe, l’une de ses plus redoutables adversaires, joue également un rôle important dans l’intrigue.  Il est cependant inutile de chercher un personnage réel derrière ceux de Robert Lebihan et Rick Briscoe. Ils sont totalement inventés.  Même si pour celles et ceux qui côtoient l’univers du tennis, une sensation familière pourrait se dégager en tournant les pages de Retour volé.

Je vous laisse découvrir Camille, Bella, Belinda, Maeva, Yann et les autres. J’espère que vous passerez un bon moment en leur compagnie.

0
0

La rousse qui croyait au Père Noël

RoussePereNoel

Flamme a 39 ans. Sa carrière de comédienne et sa vie amoureuse ne sont pas exactement des succès, au point qu’elle décide de se fixer un ultimatum… Bien écrit et plein d’esprit, la rousse qui croyait au père Noël se lit d’une traite avec le sourire aux lèvres, parfait pour une après-midi d’hiver avec un chocolat fumant.

C’est le premier roman de Suzanne Marty, une comédienne qui a lâché un job bien payé pour vivre sa passion et dont la vraie vie est déjà un roman, dont elle dévoile quelques morceaux choisis avec humour et sincérité sur son blog. Une auteure de comédie romantique à suivre.

La suite, La rousse a 29 ans, est sortie depuis.

0
0

Le pic à glace

20171210_133736 (3)

Vous avez connu Philippe Candeloro comme patineur double médaillé olympique, amateur d’abord et désormais professionnel au long cours. Vous écoutez peut-être ses commentaires sur France télévision aux côtés de ses complices Nelson Monfort et Annick Dumont.
Mais depuis 2016, l’interprète du parrain et de d’Artagnan a également sorti un polar, associé à un spécialiste en la matière, Serge Filippini. Au menu : intrigues et trahisons glacées, abus de pouvoirs et petit meurtre entre meilleurs ennemis, ainsi que les coulisses pas si lisses d’un univers dont les costumes pailletés ne sont qu’une facette.

Le pic à glace se lit d’une traite, entre frissons et sourires, surtout pour ceux qui ont gravité autour des patinoires.

0
0

Trop cool, les salons « indés »

Affiche Maisons Alfort 13 avril 19

 

Les salons dédiés aux auteurs indépendants (aka autoédités) ne sont pas très nombreux. Alors, quand l’un d’entre eux est organisé tout près de chez moi, j’ai à cœur d’y participer.
C’est pour cela que vous pourrez venir me rencontrer à la 3ème édition du :

Salon des écrivains indépendants
le samedi 13 mars de 10 à 19 heures
Salle Saint Gabriel, 1 rue du 8 mai 1945
à 97700, Maisons-Alfort.

Vous êtes évidemment les bienvenus sur mon stand, pour découvrir l’univers d’Arcadia, vous faire dédicacer l’un ou plusieurs quatre tomes de la saga, ou échanger avec moi.

Lors de cet événement organisé dans le cadre du printemps des arts, vous pourrez également découvrir une trentaine d’auteurs de la région dans des genres littéraires variés. Les enfants de 8 à 12 ans se verront proposer une invitation à écrire une histoire et les meilleures seront récompensées.

En 2018, j’ai participé en Gironde au premier salon organisé par l’association dont je fais partie, les plumes indépendantes. J’y serai de nouveau cette année, le samedi 28 septembre 2019, au centre culturel de Captieux.

0
0

Juliette à New York (#chronique)

20171201_153909

Juliette est une sacré veinarde. Cette ado québécoise voyage avec sa maman journaliste au fil de ses reportages. Chacun des huit tomes de la série raconte les aventures de la jeune fille, depuis New-York jusqu’à Rome, en passant par La Havane, Québec, Paris San Francisco, Barcelone et Amsterdam, en se doublant d’un guide touristique par ville à l’usage des ados. Astucieux. Ce premier épisode, qui voit Juliette découvrir la grosse pomme avec les yeux d’une fille de son âge est aussi distrayant qu’éducatif. Le duo mère-fille est très réussi et Juliette est franchement rigolote.
Cette série, écrite par la journaliste et auteure Québécoise Roseline Brasset, a eu tellement de succès qu’une BD inspirée de ce premier tome a été publiée.

0
0

Elia, passeuse d’âmes (#chronique)

IMG_20171122_165741_182

 

Elia passeuse d’âmes est le premier tome d’une trilogie jeune adulte dystopique signée Marie Vareille.
Plus connue pour ses désopilantes comédies romantiques, la jeune auteure s’essaie avec succès dans un genre prisé de l’autre côté de l’Atlantique. Et c’est totalement réussi. Elia capture la sympathie du lecteur au bout de quelques pages, le rythme est soutenu et l’action dense dans l’univers sombre, glacial et oppressant imaginé par Marie Vareille.
Bonne nouvelle, le tome 2 est sorti en janvier 2018. Et le 3 est pour bientôt

0
0

Les sept soeurs

IMG_20171111_170342_882

 

Elles sont sept et portent les noms des étoiles de la constellation La Pléiade. Elles ont toute été adoptées et leur mystérieux père adoptif vient de décéder, laissant à chacune d’entre elle les indices pour suivre la piste de ses origines. Des sept volumes retraçant l’histoire de chacune des sœurs, quatre sont déjà parus. J’ai lu et adoré les deux premiers, Ally et Maia.
Déjà vendue à dix millions d’exemplaires, cette saga de l’auteure britannique Lucinda Riley est absolument captivante. Chaque volume nous fait voyager simultanément dans l’histoire personnelle et les origines de l’une des sœurs, d’un pays, d’une culture et d’une époque à l’autre, entre secrets et tragédies familiales. Les âmes sensibles seront avisées de prévoir une provision de mouchoirs dans leur coin lecture.

The seven sisters is a bestselling saga written by british author Lucinda Riley. Five out of the seven projected books have already been released, telling the story of the same number of the seven adopted sisters, bearing each a name of a mythological Pleiade’s sister. Their recently deceased father has brought the seven women together to hand each of them clues about where they come from. We follow the steps of each sister in her quest to unfold the mystery of her roots, and family secrets. Compelling and near impossible to put down, even though the tears will show up for the most sensitive readers.

0
0

La trilogie des gemmes

IMG_20171106_133506_741

 

Sa cousine Charlotte était supposée voyager dans le temps. Mais c’est elle, Gwendoline qui a hérité du don. Et qui se retrouve à 16 ans, à vivre une vie parallèle à celle de lycéenne. Au programme leçon d’histoire en direct, dangers, sombres manipulateurs et un partenaire… beaucoup trop séduisant.

Rouge rubis, bleu saphir, vert émeraude est une trilogie jeune adulte fantastique de Kerstin Gier, qui emmène le lecteur dans un univers où le voyage dans le temps est codifié depuis des siècles. On s’attache vite à Gwendoline, vilain petit canard en passe de prendre sa revanche dans une famille imbue des pouvoirs qui menacent de lui échapper et on la suit d’une époque à l’autre. Distrayant et dépaysant.

0
0

The apothecary

The apothecary CSW

J’ai découvert L’apothicaire, The apothecary an anglais en cherchant des trailers de bouquins pour créer celui du tome 3 d’Arcadia, Un défi pour Vanessa. La bande annonce du livre était tellement mystérieuse et intrigante que je n’ai pas pu m’empêcher d’acheter ce roman jeunesse de Maile Meloy, et de me plonger dedans.
Sur un fond d’après deuxième guerre mondiale à Londres, l’apothicaire est une histoire très prenante mêlant fantastique et espionnage. Je n’ai lu que le premier, mais il y a trois tomes, même si le premier est le seul à avoir été traduit en français.

I found out about The apothecary, while researching for my book Un defi pour Vanessa’s trailer. I saw the apothecary trailer and found it so intriguing, I had to buy it and read it right away. The post second world war London’s background is pretty unusual for a midgraders’ novel, but I loved the combination of magic and cold war atmosphere.

0
0